Abbé Grégoire

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Cookie de session de la forme 8a2fcdf74af45f625bef8b152ed8f5f0
Cookie, hob_cookie, gardant en mémoire votre choix pendant 30 jours.

Contenus interactifs

Ce site utilise un composant tiers Re-CAPTCHA, qui peut déposer des cookies sur votre machine. C'est un composant de sécurité antiSpam. Si vous décider de bloquer ce composant, les formulaires ne fonctionneront pas.

GoogleMaps vous permet de visualiser les cartes dans ce site. Ce composant peut déposer des cookies sur votre machine.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web n'utilise pas d'autres cookies.

Claude-RICHARD-lt

COMMENTAIRE SUR UN THEME FONDAMENTAL DE L'ACTION DE L'ABBE GREGOIRE

Parmi tous les sujets concernant la puissance de l'œuvre de l'ABBE GREGOIRE, je retiens "LA LlBERTE DES CULTES" et son discours prononcé au Comité de l'instruction Publique à la Convention Nationale le 21 décembre 1794 soit 111 ANS avant la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat, car ce combat est un véritable symbole du personnage à la fois tolérant et visionnaire. Comment un prêtre de l'époque qui par définition a vocation à christianiser ses semblables peut-il être le pionnier et le chantre de la liberté des cultes après avoir attaché son nom au fameux décret de 1791 qui fera des juifs des citoyens français à part entière.
Le contenu de cette intervention est pour moi un document capital qui à lui seul peut résumer toutes les valeurs et toute la philosophie profondément humaniste de ce grand homme universel.
Ce texte ne défend pas que la liberté des cultes déjà évoquée dans l'article 7 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen, elle anticipe déjà « LA LOI DE SEPARATION DES EGLISES ET DE L'ETAT ».
« Le gouvernement ne peut adopter, encore moins salarier, aucun culte, quoiqu'il reconnaisse que chaque citoyen à le droit d'avoir le sien. Le gouvernement ne peut donc sans injustice refuser protection ni accorder préférence à aucun. Il faudrait cependant proscrire une religion qui ifadmettrait pas la souveraineté Nationale, la liberté, l'égalité, la fraternité dans toute leur étendue...., >>

Claude RICHARD
Lunéville le 22/04/2013