Abbé Grégoire

Freddy LOTZ ltL’impulsion d’un passé à retrouver dans le présent offre d’innombrables ressources pour CREER un futur ! La création ne peut être maintenue à son niveau élevé que par l’aptitude d’un créateur à reproduire sa faculté en d’autres êtres, un messager organisateur.
Disciple simultané d’une forte spiritualité, laïcité et bien d’autres buts, Henri Grégoire est à son époque (entre autres) un militant environnemental bien avant nos marqueurs contemporains de l’écologie. En atteste son exceptionnelle bibliothèque paroissiale à Emberménil qui offre un large tour d’horizon sur les sciences du sol, la possibilité agricole appropriée, le respect du monde végétal. Grégoire se révèle partisan de la suppression des salines royales afin de ménager le patrimoine forestier et de l’assèchement de certains marais (ce ne sont que quelques exemples).
Trouver en soi cette même force intérieure, la foi en des capacités humaines telles que Grégoire les cultivait.
Tout comme jadis, Grégoire combattrait aujourd’hui notre fausse monarchie, le bipolarisme, l’absence de perspectives d’avenir, la frilosité à résoudre les crises de fond. Faisons appel à Grégoire pour  « ré-abolir » des privilèges, faire prévaloir le véritable intérêt général, rééditer les devoirs du citoyen, valoriser une certaine idée de la France pour peu que la génération montante accueille ce relais civique ! A 220 ans de la 1ère abolition de l’esclavage par Grégoire, en 1794 (rétablie en 1802 par Napoléon), finissons-en avec des monuments souvenirs, commémorations sans lendemain… Honorons plutôt l’œuvre de Grégoire par un engagement dénonçant l’intolérance, le racisme primaire, l’esclavage moderne proche de nous, l’Europe de la concurrence, héritage des eurocrates, épousons une vision plus humaniste, mutualiste d’un développement ! Vaste chantier d’actualité pour un retour de Grégoire.

Moussey, le 1er juin 2013
Freddy LOTZ